Paradoxe de l’éphémère: Au-delà du Street art

Le musée de la poste et son commissaire, Céline Neveux, ont choisi de présenter des artistes fort éloignés à l’origine de la galaxie des musées. Ces artistes ont en effet choisi pour s’exprimer d’annexer la rue, les espaces publics sous toutes leurs formes. Leurs supports se déclinent à l’infini: tunnels défraichis, wagons des trains de banlieue, palissades de chantiers,  abattoirs et usines désaffectées, arcades de ponts historiques ou pas, panneaux publicitaires, portails abandonnés, cabines téléphoniques, rideaux de magasins, cages d’escaliers, cheminées inaccessibles, guimbardes rouillées. Depuis les années 60, aux Etats-unis comme en Europe graffiti, stencil art, ruban art, art urbain contemporain, Street art ont envahi notre environnement urbain. Continuer la lecture de Paradoxe de l’éphémère: Au-delà du Street art

« Je reviens vers quelque chose qui a toujours été là » Interview de Fredrika Stahl

Retour aux sources originelles, serait-on tenté de dire pour le dernier album délicatement ciselé « Off to Dance » de Fredrika Stahl. Ce quatrième opus fait suite à des titres teintés de jazz et de pop réalisés ces sept dernières années. De « A Fraction Of You » à « Tributaries » puis « Sweep Me Away », Fredrika Stahl, interprète compositeur, possède une personnalité dense à la double culture suédoise et française. Ses albums sont chantés en anglais, parfois émaillés de quelques mots français. Certaines chansons sont en français comme « Pourquoi pas moi ». Continuer la lecture de « Je reviens vers quelque chose qui a toujours été là » Interview de Fredrika Stahl

New Frontier II: Les Etats-Unis en quête de leur identité culturelle

Poursuivant leur collaboration aux sources de la peinture américaine , le Musée du Louvre, la Terra Foundation for American Art, le High Museum of Art et le Crystal Bridges Museum of American Art proposent une exposition consacrée à la peinture de genre américaine au XIXe siècle.

En rassemblant quatre oeuvres de ces institutions partenaires, New Frontier II permet d’analyser comment la peinture de genre américaine Continuer la lecture de New Frontier II: Les Etats-Unis en quête de leur identité culturelle

Une grande exposition au Palais de Tokyo: Sonia Delaunay

Le  musée d’Art moderne de la Ville de Paris met en scène  la première grande rétrospective consacrée à Sonia Delaunay depuis 1967. Celle-ci est construite selon un parcours qui regroupe 400 oeuvres, des reconstitutions environnementales, des vêtements créés par l’artiste, ses décorations murales et ses recherches en matière de textile. Le nombre des oeuvres et leur variété révèlent avec  force le travail de cette artiste et une dynamique unique de la couleur. C’est en quelque sorte une rétrospective de l’émancipation.L’ oeuvre ne fonctionne plus en écho avec celle de son mari, Robert Delaunay, mais s’impose par un travail multiple qui traduit en avant-garde la perception des enjeux de la création. Continuer la lecture de Une grande exposition au Palais de Tokyo: Sonia Delaunay

Fashion week Copenhague: interview Barbara I Gongin

Nous assistons actuellement à une évolution du monde de la mode: à la périphérie de la mode parisienne des talents apparaissent et s’imposent dans toute l’Europe au travers des Fashion-Weeks qui ont désormais lieu dans la plupart des capitales culturelles.
Parmi celles-ci, la fashion-week de Copenhague que nous avons décidé de couvrir afin de donner un éclairage sur les nouvelles tendances et marques en Europe. Nous avons réalisé le premier focus sur la designer Barbara I Gongini, une marque nordique créée au Danemark. Le parcours de sa designer, Barbara I Gongini, commence par des études à l’Institut of Unica Design suivi d’un  Diplôme du Denmark Designskole. Le « Brand » développe une création basée sur une approche conceptuelle, minimaliste et épurée. Continuer la lecture de Fashion week Copenhague: interview Barbara I Gongin

« L’Homme caché »: un premier roman emblématique.

Pour son premier roman, Pierre Cendors  avait choisi de narrer la vie du romancier et poète Endsen, disparu à Prague dans d’étranges circonstances.  Construit en quatre parties, l’eau-de-là, sur la mer, la 11e lettre et cendres d’aube, L’Homme caché révèle une écriture romanesque qui travaille autant le schéma narratif que la phrase elle-même.

C’est une véritable enquête à laquelle se livre le narrateur pour retrouver ce qu’a été la vie du poète Endsen. Personnage fugitif, traqué, Endsen semble s’évanouir à chaque page. Dès sa présentation le mystère est construit : « Peu ont connu Endsen de son vivant. » Par cette première phrase le romancier s’attache, autant que le narrateur, à détruire l’identité du personnage. C’est un travail d’écriture élaborée au passé, qui dresse en contrepoint la figure d’un personnage voué Continuer la lecture de « L’Homme caché »: un premier roman emblématique.

Subway by Serge Hambourg

A  la galerie Girard une nouvelle exposition : celle du photographe Serge Hambourg, qui nous présente deux séries issues  principalement de photo- reportages réalisés en 1979.

La première de ces séries  est celle qu’il réalisa en 1979 dans le métro de New York. L’originalité de ces photos, bien qu’elles aient été réalisées durant la journée, réside dans le fait que  personne ne s’y trouve. Ni passager,  ni  rames de  métro. Tout est figé dans un esthétisme cathodique. Pour créer ce monde inanimé, Serge Hambourg, a utilisé  la  technique, qui était de fractionner Continuer la lecture de Subway by Serge Hambourg

Walid Raad invité du Louvre pour des Préfaces sur l’illusion

Dans le cadre du développement de nouveaux espaces consacrés au département des Arts de l’Islam, le Musée du Louvre a invité pour trois années consécutives l’artiste Walid Raad.

L’exposition « Préface à la première édition » et la publication de « Préface à la troisième édition » constituent le premier volet de cette carte blanche. Faisant suite à un projet commencé en 2007 , Scratching on things I coule disavow, cette exposition aborde les collections du département des Arts de l’Islam sur le mode d’une réflexion critique sur la notion de document et sur la façon dont cette collection peut être appréhendée. Cette méditation visuelle et narrative donne à voir l’invisible d’oeuvres du passé et les rend accessibles aujourd’hui non seulement aux artistes mais aussi à tout visiteur. Travaillant Continuer la lecture de Walid Raad invité du Louvre pour des Préfaces sur l’illusion

Birdie Num Num aux premières loges

Le Birdie Num Num, restaurant situé dans le 8e arrondissement, au 61 Avenue de Courcelles, à quelques pas du parc Monceau, s’oriente vers deux types de service: le midi  un service plutôt orienté bureau et le  soir  une ambiance festive.

Ce sont Olivier Haski et Clément Miserez qui ont crééLe Birdie Num Num. Le premier, après avoir travaillé au Coup de la Girafe – ancien restaurant branché du 8e-  a été aussi propriétaire du restaurant le ZOO rue Montalivet.

Le second, Clément Miserez, aux talents divers et éclectiques, est connu pour ses soirées parisiennes comme celles du Chalet des Iles, mais aussi comme gérant de la boite de production Radar Film, qui produisit entre autres La Belle et Sebastien (2012) et The Secret (2010). Continuer la lecture de Birdie Num Num aux premières loges